Le Bitcoin, du fait de la complexité de son processus de fonctionnement, est souvent mal compris de beaucoup, y compris de la presse. Or, cette même presse colporte des idées reçues sur le Bitcoin qui se popularisent parmi l’opinion publique. Ces idées reçues ont aujourd’hui la vie dure et sont considérées comme des faits incontestables par beaucoup. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire et même primordial de tordre le cou à de nombreuses idées reçues sur le Bitcoin, cela, afin de mieux comprendre son fonctionnement et son importance.

Première des idées reçues sur le Bitcoin : Il s’agirait d’une pyramide de Ponzi

Parce qu’ils interprètent à tort les cryptomonnaies comme des actifs financiers conventionnels, beaucoup, y compris dans la presse spécialisée, présentent le Bitcoin comme une pyramide de Ponzi ne reposant sur rien.
Toutefois, les fausses richesses permises par les pyramides de Ponzi n’ont jamais permis à tous leurs adhérents de pouvoir en profiter. S’il existe des cryptomonnaies frauduleuses, le Bitcoin peut être utilisé pour des transactions courantes et n’en finit pas de gagner en valeur. Si le Bitcoin était une pyramide de Ponzi, depuis près de dix ans qu’elle existe, et avec le nombre de ses souscripteurs, celle-ci se serait alors effondrée depuis longtemps.

Deuxième des idées reçues sur le Bitcoin : Il est instable et pourrait valoir 0 du jour au lendemain

La plupart de ceux qui soutiennent cette thèse ne se sont jamais fait cette même réflexion pour les cours boursiers en règle générale. Le Bitcoin, en tant que monnaie fiduciaire, doit sa valeur à la confiance que lui accorde ses investisseurs. Or, cette confiance ne fait que se renforcer année après année au regard du nombre de nouveaux adhérents.

Lire aussi : Des bitcoins aux enchères : une première en France

Il est bon de rappeler que, depuis sa création, le cours du Bitcoin est passé d’une valeur de 0,001 dollars en 2009 pour atteindre les 40 000 dollars il y a encore récemment. Ce seul fait en dit long sur la prétendue valeur relative du Bitcoin.

Troisième des idées reçues sur le Bitcoin : La technologie blockchain le rend intraçable

Bien que certaines cryptomonnaies comme le Monero permettent de dissimuler les transactions et les rendre véritablement anonymes, les échanges en Bitcoin peuvent être suivis et contrôlés. Pour pouvoir être utilisé légalement, le Bitcoin se soumet à la législation entourant la fraude monétaire et le blanchiment d’argent.

De ce fait, l’entreprise Bitcoin collabore avec les pouvoirs publics de différents pays afin que les échanges pratiqués ne soient pas anonymes, permettant ainsi de retracer les cas de fraude éventuels.

Quatrième des idées reçues sur le Bitcoin : Il contribue à laver l’argent du crime organisé

Puisque, justement, le Bitcoin travaille avec les différents organismes de surveillance de la fraude monétaire à travers le monde, le blanchiment d’argent serait très rapidement détecté s’il passait par le Bitcoin.

De même, certains pirates informatiques ayant recours au ransomware en utilisant le Bitcoin ont pu être identifiés par le FBI avant que leurs avoirs ne soient confisqués. Le Bitcoin doit aussi sa fiabilité au fait qu’il ait un cours parfaitement légal et ne se prête à aucune activité criminelle.

Cinquième des idées reçues sur le Bitcoin : Il engendre de la pollution

On assimile trop facilement consommation et pollution. Il est vrai que le Bitcoin, de par la quantité de ses échanges via la technologie blockchain, consomme beaucoup d’énergie. Cependant, ce sont des sources d’énergie renouvelables qui, pour 70 % d’entre elles, concernent la consommation d’énergie entourant le Bitcoin.

Beaucoup de ces idées reçues ont été propagées à la seule fin de décrédibiliser le Bitcoin. En vain, car jamais la cryptomonnaie ne s’est aussi bien portée et tout porte à croire qu’elle ne pourra que gagner encore et en popularité en valeur au fil du temps.