Voici les plusieurs raisons avancées par divers commentateurs pour qualifier le Costa Rica comme « paradis de la cryptomonnaie ».

Tout d’abord il faut dire que le Costa Rica est l’une des rares juridictions au monde où il est légal pour les employeurs de payer leurs employés en cryptomonnaie. De préférence en Bitcoin .

Techniquement, la loi du Costa Rica permet aux employés d’être payés en actifs communément acceptés, comme moyen de paiement.

On peut, alors, soutenir que la cryptomonnaie est un «actif communément accepté» au Costa Rica.

Cependant, il existe encore des obstacles juridiques pour les employeurs qui ont l’intention de payer leurs employés avec de la cryptomonnaie.

Le Costa Rica, le paradis de la cryptomonnaie sous conditions.

Premièrement, les employeurs doivent payer une partie de leur sécurité sociale en fonction de la valeur de la cryptomonnaie à la date du paiement. Le calcul de cette valeur quotidienne nécessite des efforts, et la volatilité des prix des cryptomonnaies complique encore ce problème.

Deuxièmement, le salaire minimum légal doit être payé en numéraire. Toutefois, les employeurs peuvent payer des salaires dans d’autres biens qui ne sont pas de l’argent, comme en Bitcoin.

« …Néanmoins, les employés gagnant plus que le salaire minimum peuvent être payés en crypto… »

Par conséquent, les travailleurs qui ne touchent que le salaire minimum ne peuvent pas recevoir leur salaire en cryptomonnaie. Néanmoins, les employés gagnant plus que le salaire minimum peuvent être payés en crypto.

Cependant, le pouvoir discrétionnaire de décider de recevoir un paiement en cryptomonnaie appartient aux travailleurs et non aux employeurs.

Autre raison de considérer le Costa Rica comme le paradis de la crypto.

La deuxième raison pour laquelle le Costa Rica se considère comme un paradis de la cryptomonnaie, réside dans l’acceptation des travailleurs.

Bien que le gouvernement ne réglemente pas la monnaie numérique comme moyen de paiement, elle est, néanmoins, acceptée dans pratiquement tous les commerces.

Mais en réalité, la Banque centrale du Costa Rica (CBCR) a déclaré que les cryptomonnaies se trouvent en dehors du système bancaire national.

Même si les transactions de cryptomonnaie ne peuvent pas être effectuées via le système national de paiement électronique (SINPE), de nombreuses entreprises au Costa Rica acceptent néanmoins les crypto comme moyen d’échange.

« …de nombreuses entreprises au Costa Rica acceptent néanmoins les crypto comme moyen d’échange… »

Le défi pour la cryptomonnaie au Costa Rica demeure dans le refus des banques et des sociétés d’entiercement de reconnaître les revenus résultant des monnaies virtuelles comme des revenus légaux.

Par conséquent, les banques n’acceptent pas les dépôts résultant de transactions en cryptomonnaie, même si le dépôt provient d’autres pays. Le CBCR a également déclaré que les utilisateurs de cryptomonnaie assument les risques financiers associés .

Malgré cet avertissement, il existe toujours une forte demande pour les entreprises d’intégrer des cryptomonnaies dans leurs systèmes de paiement et de les accepter comme moyen de paiement.

Le Costa Rica a une atmosphère politique stable.

La troisième raison qui fait que le Costa Rica symbolise ce paradis, son avance technologique.

En effet, il offre aux entreprises technologiques plusieurs avantages concurrentiels que ses pays voisins d’Amérique latine ne peuvent offrir. En comparaison, le Costa Rica a une atmosphère politique stable et possède l’une des meilleures infrastructures en ligne d’Amérique latine.

En fait, un réseau de fibre optique relie tout le pays, offrant une connectivité Internet optimale aux entreprises technologiques du Costa Rica.

Plus précisément, le Costa Rica offre aux mineurs de crypto-monnaie des avantages concurrentiels car le pays a l’une des productions d’énergie renouvelable les plus élevées au monde.

« …le Costa Rica offre aux mineurs de crypto-monnaie des avantages concurrentiels car le pays a l’une des productions d’énergie renouvelable les plus élevées au monde… »

L’abondance d’électricité au Costa Rica est essentielle pour les mineurs car les cryptomonnaies ont une réputation énergivore. Pour illustrer, Bitcoin à lui seul consomme 66,7 TWh.

Enfin, le quatrième point positif, la politique du Costa Rica concernant la cryptomonnaie est de s’abstenir d’entraver la croissance de la technologie.

Cette politique favorise un environnement juridique favorable pour les entreprises de cryptomonnaie. Alors que le gouvernement a déjà émis un avertissement concernant ce sujet, il voit néanmoins le potentiel de la technologie Blockchain et ne prévoit pas d’entraver le développement de la technologie.

Au lieu de cela, le gouvernement du Costa Rica a adopté une approche non interventionniste pour étudier la question. Cette politique a permis aux entreprises de cryptomonnaie de prospérer au Costa Rica, ce qui en fait un « crypto-paradis.

En somme, le gouvernement du Costa Rica a hésité à reconnaître légalement la cryptomonnaie. Les agences costariciennes ont jusqu’à présent refusé de catégoriser la crypto comme monnaie monétaire.