En France, même si le régime fiscal n’est pas le pire concernant le Bitcoin, il reste néanmoins particulièrement inconvenant.

Certes, les cryptomonnaies restent considérées comme des actifs financiers et non des monnaies à part entière. À ce titre, ces dernières sont donc sujettes à une imposition éventuelle. Cependant, celle-ci est parfois bien trop élevée pour être soutenable.

Lire aussi : Pourquoi Charlie Munger, bras droit de Warren Buffet déteste le Bitcoin ?

Investir dans les cryptomonnaies peut permettre de générer des gains d’argent substantiels, mais cela implique aussi de prendre des risques considérables. Ces risques ne sont pas pris en compte par bon nombre de pays qui s’obstinent à taxer le Bitcoin.

Aussi, s’il existe des paradis fiscaux conventionnels, il en existe aussi concernant le milieu des cryptomonnaies et plus particulièrement concernant le Bitcoin.

Pas de taxe Bitcoin au Luxembourg

Déjà considéré comme un paradis fiscal, le Luxembourg étend sa protection fiscale aux avoirs en cryptomonnaies. Cependant, il faut retenir qu’au Luxembourg, la législation entourant les cryptomonnaies est encore balbutiante.

Il n’est pas exclu que certaines réformes fiscales voient le jour dans les années à venir. Mais en attendant, le Bitcoin n’y est pas taxé.

Malte, un autre paradis fiscal pour le Bitcoin

Bien qu’on dise du Salvador qu’il soit la nation du BTC par excellence, Malte se revendique comme la capitale des cryptomonnaies. Et pour montrer à quel point ce petit pays est prêt à s’investir dans le milieu crypto, celui-ci, cohérent avec ses idées, ne taxe pas les BTC ou aucune autre cryptomonnaie.

Il est toutefois difficile de se faire une place à Malte à moins d’être particulièrement fortuné. Là est la seule limite de ce paradis fiscal pour cryptos.

La Slovénie, indifférente aux cryptomonnaies

La législation Slovène, à ce jour, ne considère pas que les gains issus des cryptomonnaies puissent être interprétés comme des revenus à part entière. Aussi, aucun impôt sur le revenu et donc, aucune taxe n’est en vigueur concernant le BTC.

Cependant, il n’est pas exclu qu’un jour, l’État mesure le potentiel des cryptomonnaies et vienne éventuellement à les taxer. Rien, pour l’instant, le ne laisse suggérer, toutefois, la prudence reste de rigueur.

Le Portugal

Voilà un pays qui sait être favorable à de nombreux habitants européens en ce qui concerne sa fiscalité sur les revenus. Là-bas, l’impôt sur le Bitcoin y est à 0 %.

La seule limite à cette fiscalité tient à la nature des gains. Si ceux-ci sont générés à l’occasion d’une activité commerciale ou professionnelle, ils seront alors soumis à l’impôt sur les sociétés. L’absence d’impôt ne vaut que si le BTC constitue pour vous un revenu.

Le canton de Zoug en Suisse

Le canton de Zoug constitue une « crypto-nation » en ce sens où certaines infrastructures administratives reconnaissent même le paiement en cryptomonnaies et, plus particulièrement en BTC.

La fiscalité y est très avantageuse à ce titre et aucune taxe Bitcoin n’est en vigueur. La Suisse, en tant que paradis fiscal, n’est pas nécessairement très accessible, sauf si vous y travaillez. Créer une activité économique autour du BTC (sans taxe donc) pourra alors constituer votre Sésame dans ce canton.